Metal.nightfall.fr –France (France)


Beyond the Moon

4/5

Christian Rivel, le chanteur de Narnia et de Divinefire ne chôme pas ces temps-ci. Entre deux enregistrements avec Divinefire, l’enregistrement du prochain Narnia et sa vie de famille, il arrive encore a produire sur son propre label (Rivel Records) de jeunes groupes inconnus. C’est ce qui est arrivé avec Majestic Vanguard qui a sorti sa première galette en cette fin d’année 2005. A l’écoute de l’intro on peut vite croire que le groupe se fond dans l’immense catégorie des clones de Rhapsody ou Angra. Mais l’intro est courte et la première chanson, « The Great Eternity » met immédiatement les choses au point avec des guitares très agressives et un batteur déchaîné. Le chanteur, Peter Sigfridsson,

vient vite nous montrer qu’il est le pilier du groupe avec sa voix très chaude et parfaitement maîtrisée. Jamais dans les aigus, il montre parfaitement le choix du groupe de jouer un power métal tout en puissance, avec de nombreux breaks au clavier, mélodiques et empreints d’émotion.

Le titre suivant « Emotion Of A Picture » permet cette fois aux musiciens de montrer qu’ils ne sont pas en reste en plaçant entre deux refrains (notons au passage que les refrains sont entêtants et vous font headbanguer comme un malade - moins poilus qu'Hammerfall mais aussi bons que Sonata) environ deux belles minutes de solos de guitare. Il y a aussi quelques chœurs joyeux à la Freedom Call.
Le deux pistes qui suivent comportent énormément de breaks, tous différents, voyant tour à tour un violon ou un flûte s’y exprimer. Et comme sur les autres titres, le Peter chante juste et avec une puissance incomparable. Sur « Tears In Neverland » il a des effets de clavier que l’on n’entend pas très souvent qui font un peu comme ça : viouviouviouviou !!!

Il y a par la suite un joli petit interlude à la guitare sèche, joliment initulé « The Angels Dance » très calme et qui débouche sur le meilleur titre de l’album : « Don’t Want To Be An Actor ». On retrouve dans ce titre de très nombreuses mélodies vocales ainsi qu’une certaine mélancolie. Le titre est très original et les quelques breaks sont tous différents, qu’il s’agisse de l’ambiance ou de l’instrument (flûte, violon, piano). Les deux titres suivants sont beaucoup plus…progressifs je dirais. De nombreux thèmes des autres chansons sont repris dans ces deux titres au piano ou au chant, je trouve cela très agréable. Il y a de nombreux changements de rythme, le batteur excelle et prend un peu la place du chanteur comme base du groupe. En effet, la voix chaude de Peter a quelque peine à suivre les alternances de rythmes, de puissance puis de calme. Mais il met tellement de cœur dans ce qu’il chante qu’on lui pardonne avec plaisir.
Le dernier titre de l’album est aussi le plus long, on y sent aussi l’influence de monsieur Rivel, puisque Mystic Eye correspond plutôt à ce que l’on a vu sur le premier Divinefire : quelques voix death dans le refrain, de jolis riffs bien acérés et un rythme basse-batterie vraiment fou…

J'ai beau chercher, chercher et chercher encore, je ne trouve rien à reprocher à ce groupe, si ce n'est qu'ils sont encore dans les pas des prédécesseurs comme Stratovarius ou Sonata, mais il trouveront leur style. Certainement que certains vont aussi chipoter à cause des paroles, qui sont évidemment chrétiennes et positives; pour les fanatiques du côté obscur, contentez-vous d'écouter la musique, elle en vaut la peine!
Cet album est une des toutes bonnes sorties de cette année, décidément Christian Rivel a su dénicher quelques très bonnes choses. Je lui souhaite de continuer sa croisade avec autant de succès et je vais attendre le prochain album de Majestic Vanguard avec impatience !